12 décembre 2017

Mille fois Noël, la nativité de Tonino Maurizi à Jérusalem

L'exposition du peintre de la région italienne des Marches, inaugurée le 7 décembre dans les salles de la Curie de la Custodie de Terre Sainte est ouverte jusqu'au 2 février. Une opportunité pour s’immerger dans l’ambiance de Noël.

Archéologie, culture, art et autres religions

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.org/embed/mille-fois-noel-la-nativite-de-tonino-maurizi-a-jerusalem-13965"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.org/fr/video/archeologie-culture-art-et-autres-religions-8/mille-fois-noel-la-nativite-de-tonino-maurizi-a-jerusalem-13965.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
Lorsqu’il était jeune, on l’appelait le peintre soldat ...
C'était dans les années 60 et Tonino Maurizi, artiste de la région italienne des Marches était en Sicile pour effectuer son service militaire. Né en 1940, dans une famille de charpentiers, il peint depuis l'âge de 15 ans. En 1963, cependant, il sera à l’origine d’une nouvelle tradition qui marquera un tournant dans sa carrière et dans sa vie, celle des cartes de vœux représentant la Nativité, initialement destiné aux membres de sa famille et à des amis proches.

TONINO MAURIZI
peintre
« J'ai commencé à faire des cartes représentant la Nativité, parce que pour moi cela a toujours été une chose très importante, déterminante dans la vie de tous ceux qui sont catholiques, mais aussi du monde entier. »

Cette tradition n'a jamais cessé. 15 ans plus tard, Maurizi envoie chaque année 3600 cartes postales, reproductions de ses peintures.
Ses œuvres ont fait le tour du monde avant d’arriver à Jérusalem, grâce à une rencontre avec Fra Armando Pierucci, fondateur de l'Institut Magnificat de la Custodie de Terre Sainte et résidant actuellement en Italie.

Frère STÉPHANE MILOVITCH, ofm
Chef du Département du patrimoine culturel de la Custodie de Terre Sainte
« Ils vivent dans la région des Marches, dans une ville près de l'endroit où se trouve aujourd'hui le Père Armando. C’est ce dernier qui a fait une alliance entre l'art et l'art : l'art musical et pictural. Nous sommes heureux aujourd'hui non seulement d'être en mesure d'exposer nos œuvres pour le monde - cette année, le musée Terre Sancta compte 8 expositions de par le monde - mais aussi d’être en mesure d'accueillir les œuvres des autres qui peuvent profiter de nos espaces. »

TONINO MAURIZI
peintre
« Mon rêve ... né après deux ans, trois ans. C'est un rêve devenu réalité ... et qui s’incarne ... Je suis tout ému ! »

L'exposition intitulée « Mille fois Noël » et située dans la salle de la Curie Custodiale du 7 décembre au 2 février, présente 110 œuvres réalisées au fil des années. Elle ne suit pas un parcours chronologique, comme l'a souligné le conservateur, le professeur Stefano Papetti, mais thématique.

« Ce n’est pas évident de se préparer à Noël à Jérusalem », souligne David Grenier, secrétaire de la Custodie de Terre Sainte dans son salut inaugural. « Les œuvres de Maurizi aident donc à s’immerger dans ce que les mots peinent parfois à évoquer. »

« Ses couleurs vibrantes, les traits simples et décisifs, toujours faits avec une spatule, jamais avec un pinceau », raconte sa fille Francesca, « suggèrent que ce petit enfant peut non seulement changer mais aussi sauver le monde entier. »

TONINO MAURIZI
peintre
« La naissance d’un enfant c’est l’ouverture, la joie, comme Jésus.
Pour moi, il est essentiel de transmettre cela, car la nativité peut alors advenir partout, sur un bateau, au pied d’une montagne, à l'extérieur, sur la grand place... partout. »