14 juin 2018

Le réseau de charité promu par la Société Saint Vincent de Paul de Jérusalem

Créée en 1851 dans la ville sainte, la Société opère dans différents domaines, offrant de l'aide à ceux qui en ont le plus besoin.

Chrétiens de Terre Sainte

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.org/embed/le-reseau-de-charite-promu-par-la-societe-saint-vincent-de-paul-de-jerusalem-15165"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.org/fr/video/chretiens-de-terre-sainte-2/le-reseau-de-charite-promu-par-la-societe-saint-vincent-de-paul-de-jerusalem-15165.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
Un charisme basé sur la mission et la charité. La Société de Saint Vincent de Paul, dont le fondateur est le Bienheureux Frédéric Ozanam, est née en France en 1833, inspirée par la vie du saint français. En 2017, les membres de la Société ont célébré le 400ème anniversaire du charisme, à partir de l'époque où Saint Vincent de Paul a attiré l'attention sur les pauvres.

Un mouvement international qui est aujourd'hui présent dans environ 150 pays, dont la Terre Sainte, où une organisation de laïcs a été créée, dans le but de renforcer la présence chrétienne et de promouvoir la justice sociale.

TONY KHASHRAM
Vice-président de la Société Saint Vincent de Paul - Jérusalem
« La Société a été fondée à Jérusalem il y a plus de 155 ans. Elle a commencé ses activités dans un petit hôpital près du Saint-Sépulcre et, depuis lors, a pour but d'aider les personnes dans le besoin, comme celles qui ont vécu dans des conditions difficiles pendant les deux guerres mondiales, ainsi qu'après 1948 et 1967, et jusqu'à aujourd'hui ».

Dans la ville sainte, l'institution travaille à travers des programmes de soutien social, éducatif et financier pour soulager la souffrance de ceux qui sont sévèrement éprouvés par des situations politiques et économiques difficiles. Parmi les activités principales figurent l'aide aux enfants et aux adolescents pour leurs études à l'école et à l'université; le soutien aux hôpitaux, aux malades, aux orphelinats, aux personnes âgées, ainsi qu'une aide matérielle et spirituelle aux familles chrétiennes qui ont perdu leurs proches. Au cours des cinq dernières années, plus de mille personnes ont été aidées.

TONY KHASHRAM
Vice-président de la Société de Saint Vincent de Paul - Jérusalem
« Nous avons d'autres petits programmes, comme aider les familles et renforcer le rôle des femmes à la maison, par exemple en payant des frais de garderie, pour permettre aux mères d'aller travailler et de soutenir leurs maris, ou de les laisser apprendre un travail. Nous sommes des volontaires et nous portons une attention particulière à la présence chrétienne dans la Vieille Ville de Jérusalem, compte tenu du déclin continu du nombre de chrétiens ».

La conférence vincentienne de Jérusalem offre également un soutien à d'autres conférences dans les territoires palestiniens. Un autre projet est en cours dans la bande de Gaza: actuellement, plus de 60 familles chrétiennes vivant dans des conditions difficiles reçoivent des contributions pour subvenir à leurs besoins.

Un travail bénévole et le dévouement d'une équipe dont tout le monde est très fier. L'emblème de la Société, représenté sur le drapeau, est un poisson, symbole de Jésus-Christ, à l'intérieur d'un cercle, représentant le monde et tous ceux qui doivent être atteints par la charité.

IVA TOUBASSI
Volontaire
« Je fais du bénévolat ici depuis 17 ans et nous nous sentons très bien lorsque nous avons l'occasion d'aider ceux qui en ont vraiment besoin. Ce travail nous rend heureux et nous donne une grande motivation, surtout quand on fait sourire quelqu'un. Et la chose la plus importante dans notre travail est de ressentir ce que les gens vivent réellement; parfois j'ai pleuré en écoutant certaines histoires ».

Un message de solidarité inspiré de la célèbre phrase d'Ozanam: «Je voudrais enserrer le monde entier dans un réseau de charité».